Type d’événements

Retour au blogue

La migration des oies blanches

Les locaux le savent très bien; la rivière Richelieu se transforme en grande couverture blanche à l’automne. Durant cette période migratoire, il n’est pas rare de voir les groupes d’oies blanches, aussi connues sous le nom de grandes oies des neiges, faire un arrêt sur la rivière Richelieu.

 

 

 

Oies des neiges

Le début du voyage

Après la période de reproduction, de juin à début septembre, les oies blanches délaissent la toundra de l’Extrême-Arctique en route vers la côte de l’Atlantique. Celles-ci entreprennent leur migration lorsque les eaux et le sol commencent à geler. Pour arriver à leur destination, la côte Atlantique des États-Unis, les groupes de grandes oies des neiges divisent la migration en différentes étapes.

Arrêt dans le Haut-Richelieu

Après avoir fait un premier arrêt dans la région de l’île de Baffin, la grande oie des neiges reprend son envol pour une épopée de plus de 1 000 kilomètres. Ce deuxième périple la mène dans la région du fleuve St-Laurent. C’est durant cette période que nous pouvons observer les vastes étendues d’oies blanches sur la rivière Richelieu. Ces groupes migratoires peuvent atteindre mille oies et créer une impression de vaste couverture blanche sur la rivière. Nous avons la chance d’admirer ce spectacle durant les premières semaines d’octobre. Les oies font le plein d’énergie durant cette période. Celles-ci sont herbivores et se nourrissent de racines, de scirpes et même de maïs se retrouvant dans les champs agricoles. C’est pour cette raison que la région du Haut-Richelieu représente un arrêt parfait pour les oies blanches.

Dernier arrêt

Après un arrêt d’environ 2 à 3 semaines, la grande oie des neiges reprend son parcours migratoire pour se diriger vers la côte de l’Atlantique aux États-Unis. Elle séjourne dans cette région jusqu’au printemps et retourne à son lieu de reproduction dans des groupes beaucoup plus petits. En effet, contrairement à la saison automnale, les envolées printanières comptent environ un maximum de 400 oies.

Quelques caractéristiques en rafale!

  • La vitesse moyenne des oies blanches est d’environ 55 km/h, mais elles peuvent atteindre des vitesses de 95 km/h;
  • Elles sont catégorisées comme « dimorphes » puisqu’elles peuvent avoir deux types de plumage. La majeure partie a un plumage blanc, mais environ 5 % des grandes oies des neiges possèdent des plumes bleu-gris;
  • Sa migration s’étend sur 4 000 kilomètres;
  • Dès l’âge d’une journée, elle peut marcher 30 kilomètres sans arrêt.

 

Nous tenons à remercier la Fédération canadienne de la faune pour les informations. Pour en apprendre plus sur la grande oie blanche, n’hésitez pas à consulter leur site Internet.

 

Suivez-nous sur Facebook